Les précédents palmarès

PRIX DE LA CRITIQUE

Palmarès 1992 / 1993

Théâtre

GRAND PRIX : La Compagnie des hommes de Edward Bond, adapt. Malika Durif, mes : Alain Françon, décors : J. Gabel, costumes : Patrice Cauchetier (Centre dramatique des Alpes et le Théâtre de la Ville.)

GEORGES LERMINIER : Henri VI de Shakespeare, adapt et mes : Stuart Seide, décors : Charles Marty, costumes : Gabriel de Rivau (Centre dramatique de Poitou-Charentes.)

CREATION FRANÇAISE : Ce qui arrive et ce qu'on attend, de Jean-Marie Besset, mes : Patrice Kerbrat, décors : Edouard Laug, costumes : Christian Gasc (Théâtre de la Gaîté-Montparnasse.)

SPECTACLE ETRANGER : Le cycle consacré au Canadien Robert Lepage, au Festival d'Automne.

CF : Dominique Reymond dans Madame Klein de Nicholas Wright, mes : Brigitte Jacques. (Centre Dramatique d'Aubervilliers )

CH : Jean-Marc Bory dans La Compagnie des hommes mes: Alain Françon (Théâtre de la Ville) et Marchands de gloire de Pagnol, mes : Jean-Louis Martinelli (Théâtre de Lyon).

DECORATEUR/SCENOGRAPHE : Matthias Langhoff pour Désir sous les ormes de O'Neill, qu'il a mis en scène (Théâtre de Bretagne, à Rennes).

MUSIQUE DE SCENE : Les groupes Les Trois Huit et Sentimental, pour Imprécation II de M. Deutsch, G. Forest et A. Wilms, mes Michel Deutsch (Théâtre de la Bastille)

REVELATION : Le metteur en scène Stanislas Nordey pour Calderon de Pasolini, au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis.

LIVRE : Histoire du Théâtre dessinée, par André Degaine (Éd. Nizet).

Musique

GRAND PRIX : Saint François d'Assise d'Olivier Messiaen, dir : Sylvain Cambreling, mes : Peter Sellars, décors George Tsypin.( Opéra de Paris.)

CLAUDE ROSTAND : La Femme sans ombre de Richard Strauss, di

R: Friedrich Pleyer, mes : Charles Roubaud. Décors : Bernard Arnould (Opéra de Marseille.)

CREATION FRANÇAISE : Haro pour orchestre de Pascal Dusapin , au Festival Présences 93 de Radio-France.

PERSONNALITES: Louis Erlo et Jean-Pierre Brossmann, pour le rayonnement de l'Opéra de Lyon, après vingt ans d'“ Opéra nouveau ”.

REVELATION : Le chef américain David Robertson, pour son action à la tête de l'Ensemble Intercontemporain et d'autres institutions françaises.

LIVRES

monographie : Mystère et mémoire des sons, entretiens d' Henri Dutilleux avec Claude Glayman (Éd. Belfond).Essai : Correspondance Strauss-Hofmannstahl, traduite par Bernard Banoun (Ed. Fayard).

Palmarès 1993 / 1994
Palmarès 1991 / 1992