[COMMUNIQUE DE PRESSE]

Le directeur de l’archipel démis de ses fonctions par le maire RN de Perpignan, la Région Occitanie s’abstenant.
La mairie de Perpignan et son maire, Louis Alliot, membre du rassemblement national, menace gravement le devenir du théâtre de l’Archipel, labellisé Scène nationale par l’État. A la grande déception du Syndeac, la Conseil régional d’Occitanie présidée par Carole Delga (Parti socialiste), s’est abstenu lors du conseil d’administration décisif de ce jour, et a ainsi passivement contribué à l’éviction du directeur. A travers sa personne, c’est un modèle qui est ainsi mis en cause.
La situation de la scène nationale de Perpignan constitue un nouveau cas d’école où le directeur, Borja Sitjà, vient d’être démis de ses fonctions par la mairie et l’abstention de la Région Occitanie, alors même qu’un projet de direction avait été préparé à la demande du ministère de la culture. Une inspection de ce dernier avait par ailleurs été diligentée et avait conclu à la pertinence du projet et à sa parfaite inscription dans le cadre du label national. Cette situation fait suite à des mises en cause personnelles répétées à l’encontre du directeur par le Maire de Perpignan, tant sur la programmation de la scène nationale que sur ses missions d’intérêt général. L’abstention de la région Occitanie lors du Conseil d’administration d’aujourd’hui, constitue un renoncement à l’ambition culturelle régionale, par cet appui contre-nature à l’équipe municipale dirigée par le RN.
Les labels nationaux sont régulièrement attaqués de la part de certaines collectivités territoriales notamment depuis les dernières élections municipales et territoriales. Coupes budgétaires parfois, charges en règle contre l’indépendance artistique et la liberté de programmation qui conduisent à des changements de direction arbitraires, les incidents se multiplient ces derniers temps1. C’est en définitive le modèle de la décentralisation culturelle qui est attaqué.
Les labels de l’État, quels qu’ils soient, constituent un engagement réciproque entre les partenaires pour construire un projet culturel et artistique ambitieux, inscrit dans les missions fondamentales de service public : soutien à la création et à la diversité artistique, rayonnement territorial et diffusion artistique décentralisé au service du plus grand nombre possible d’habitants, transmissions et éducation artistique et culturelle. Dans ces conventions qui rassemblent l’État et les collectivités, la présence et l’engagement de ces dernières est le symbole de l’ancrage local avec la combinaison d’objectifs nationaux qui par nature, diffèrent selon les territoires.

1 Baisse budgétaire à Calais, éviction de la directrice de la SN de Narbonne, remise en cause du projet artistique du théâtre d’Arles et éviction de la directrice….

Le Syndeac est fondamentalement attaché à ce modèle qui a façonné une densité d’équipements culturels ambitieux assurant une présence de l’art et des artistes dans notre pays. Cette richesse est inégalée.

Le Syndeac, rassemblé en assemblée générale le jour même où se déroule un conseil d’administration stratégique au théâtre de l’Archipel, et à l’avant-veille d’un déplacement de la ministre en région Occitanie, interpelle cette dernière : l’obtention d’un label national ne peut pas être un bout de chiffon que l’on déchire sans conséquence. La direction d’une scène nationale s’inscrit dans le cadre d’une procédure rigoureuse et d’un cahier des charges et de missions parfaitement connu des signataires villes et région. Le Syndeac demande à Roselyne Bachelot, Ministre de la culture, de prendre clairement position sur cette situation et de tirer les conséquences de son non-respect par le maire de Perpignan, Monsieur Louis Alliot, représentant du Rassemblement national.

Contact presse : Isabelle Lanaud Tél : 06 18 29 77 72

 

COMMUNIQUE DE PRESSE MINISTÈRE DE LA CULTURE –

PRÉSENTATION DU PLAN DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES ET LE HARCÈLEMENT SEXISTES ET SEXUELS DANS LE SPECTACLE VIVANT Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture, a présenté aujo

Lire la suite

Baisse des subventions allouées aux structures culturelles, un sujet à suivre de près ?

Le constat est clair. Après plus d’un an de crise sanitaire et plus de 7 mois de fermeture au public des structures culturelles, le secteur du spectacle vivant, bien qu’il soit aidé par l’État depuis mars 2020, est fragilisé. Il en est de même à chaque crise : la culture est souvent le premier poste budgétaire qui voit ses subsides réduits. Et les premiers à être impactés sont, tout particulièrement, les budgets dédiés à la création.

Depuis un an, les premiers signes d’une baisse de subvention ont commencé à se faire sentir. 

Changement de municipalités, nouvelles orientations dans les politiques culturelles, etc… Si dans certaines villes, bon an mal an, les réductions de subvention ont été négociées et anticipées, dans d’autres lieux, la situation est plus complexe, le choix unilatéral. 

Le Syndeac, dans un communiqué daté du 31 mai 2021, alertait sur la situation du théâtre d’Arles, scène conventionnée d’intérêt national, qui se voit amputée de ses missions, de ses subventions et de sa légitimité après les décisions du nouveau maire d’interférer dans la programmation du lieu. 

À Paris, d’autres voies sont à l’étude, mais la menace de baisses drastiques de subventions et de leur attribution selon des critères flous plane au-dessus des établissements publics. Certains choix en cours de réflexion peuvent paraître arbitraires, il est donc important de garder la tête froide et de réaffirmer, ici, que notre Syndicat s’engage fortement pour la parité, la diversité et l’égalité tout en continuant à défendre une création artistique libre et indépendante. 

À chacun de nous, dans nos colonnes, d’alerter sur ces sujets. Le Syndicat de la critique fait surtout le constat d’une fracture plus profonde : La parité, L’égalité et La diversité n’ont rien d’une évidence. Il suffit de se référer aux dernières statistiques de l’Observatoire des égalités entre femmes et hommes, dans la culture et la communication parues en 2021. Les chiffres sont malheureusement peu réjouissants. (voir ci-dessous)  

Les dernières nominations à la tête des CDN n’en sont qu’un exemple des plus flagrants, et cela malgré l’incitation, des pouvoirs publics, à voir plus de femmes postuler à de tels postes. Toutefois, il est des exceptions, certain.e.s metteuses et metteurs en scène tout comme des directrices/directeurs de lieux s’engagent à monter autant de textes d’autrices que d’auteurs.

L’engagement des uns, la volonté des autres, est-ce suffisant pour changer les choses en profondeur ? Non. Il faut toutefois veiller à ne pas mélanger les sujets Et, en tant qu’observateurs du monde de la culture, nous sommes et resterons vigilants pour que la création artistique reste libre et indépendante, et à ce que les baisses de subvention ne soient pas idéologiques ou arbitraires. Nous devons aussi nous faire l’écho du monde qui change – à un rythme certes lent pour certain.e.s – , qui se doit d’être égalitaire, paritaire et faire la part belle à la diversité, à l’universalité. 

Les chiffres de l’Observatoire de l’égalité entre femmes et hommes

– Zéro femme à la tête d’un théâtre national

– 20 % de femmes à la direction d’un opéra

– 13 % de femmes à la tête des centres nationaux de création musicale

– 16 % de femmes à la tête des CCN et 77 % à la tête des CDC

– 37 % de femmes à la tête des CDN & CDR

– 33 % à la tête des scènes nationales

– 28 % du montant total des aides à la création accordées à des femmes en 2020

Et côté programmation :

– 27 % de représentations de spectacles mis en scène, scénographiés ou chorégraphiés par des femmes dans les théâtres nationaux en 2020-2021

– 36 % dans les scènes nationales

– 26 % de spectacles écrits par des femmes dans les théâtres nationaux en 2020-2021

– 28 % dans les scènes nationales

 

Le Président

Olivier Frégaville-Gratian D’Amore

en collaboration avec les membres du Comité du Syndicat de la critique

BOURSES 2021 – APPEL A CANDIDATURES Cette année, en raison des conditions sanitaires et des délais très courts, nous faisons un premier appel pour le festival d’Avignon (Théâtre).

En 2021 et pour la quatrième année, le Syndicat Professionnel de la Critique de Théâtre, de Musique et de Danse, lance un appel à candidatures pour financer le déplacement de critiques professionnels ou en devenir dans un festival français d’envergure et ce jusqu’à quatre récipiendaires. Continue reading

[Communiqué de presse]  Création de l’association Loi 1901 : Le Collectif Cabarettiste 

Le Collectif Cabarettiste est né ! 

Présidée par Jérôme Marin, composée d’un collectif d’artistes, d’artisanes et  artisans, de techniciennes et techniciens du Cabaret, l’association s’est constituée afin de défendre et de promouvoir auprès du plus grand nombre l’Art du Cabaret, ses  acteurs, ses actrices et ce dans toute leur diversité. 

Nos premiers enjeux sont de faire reconnaître la valeur artistique, sociale et économique du Cabaret d’aujourd’hui, de mettre en commun les savoir-faire, les  pratiques, de favoriser la recherche, de créer un réseau d’informations et d’actions  qui soient enfin dédiés au Cabaret. 

Pour défendre cet art dans sa variété, pour accompagner ses praticiennes et  praticiens dans leur multiplicité, pour envisager des solutions à nos problématiques, pour réfléchir et agir ensemble, le collectif Cabarettiste a la volonté de se développer  et d’étendre ses actions en France Métropolitaine et en Outre Mer, mais aussi, dans un deuxième temps, au sein de l’Union Européenne. 

Nous proposons dès à présent à nos adhérentes et adhérents des outils pour nous rassembler : 

– Un questionnaire à destination des artistes de Cabaret afin de faire un état des  lieux de notre discipline et de nos conditions de travail. 

– La création d’un annuaire en ligne gratuit à la consultation, outil professionnel  inclusif à destination des artistes, des collectifs, des artisanes, des artisans, des  techniciennes, des techniciens, des lieux ou organisatrices et organisateurs d’évènements.

– Cet outil a pour but de mieux nous recenser dans notre diversité en  nous dotant d’une visibilité favorable à la construction d’un réseau de relations professionnelles. 

– Un site collaboratif à l’intention des membres actifs pour leur permettre d’assister  ou de participer aux réflexions et travaux en cours. 

Cabarettistes, amies et amis, rejoignez-nous maintenant ! 

Adhérez à l’association pour travailler avec nous ou simplement suivre l’avancée de  nos projets sur : https://www.cabarettiste.org 

Cabarettistes ! ici s’organise notre solidarité et notre visibilité !  Que le spectacle commence… ensemble ! 

Le Collectif Cabarettiste 

Mail : contact@cabarettiste.org 

 

  

 

Le théâtre d’Arles, scène conventionnée d’intérêt national, se voit amputée de ses missions, de ses subventions et de sa légitimité  après les décisions du Maire d’Arles, Patrick de Carolis.

Il ne suffit pas d’avoir été Président Directeur Général de France télévision entre 2005 et 2010, pour être un ami des arts et de la culture. C’est en tous les cas la démonstration qui est faite aujourd’hui par Patrick de Carolis, Maire d’Arles depuis juillet 2020, et qui a pris des décisions graves et définitives à l’encontre du théâtre d’Arles.

Nonobstant le mépris affiché depuis son élection envers l’équipe du théâtre d’Arles en refusant obstinément de recevoir la directrice et le Président de l’association délégataire depuis le début de son mandat, Monsieur de Carolis affiche clairement un projet aux relents populistes.

 

[COMMUNIQUE DE PRESSE L’ACDN] Suite à l’occupation de l’Odéon et à la visite de la ministre aux occupants

« …nous tenons à saluer aujourd’hui la mobilisation des occupant.e.s du Théâtre de l’Odéon que nous soutenons pleinement sur l’ensemble de leurs revendications. »

CP ACDN_ 070321 ODEON