En novembre 2017, l’AICT (Association internationale des critiques de théâtre) a tenu son 29e Congrès à Saint-Petersbourg durant le Prix Europe qui consacrait cette année deux grands noms de la scène internationale, Nuria Espert et Valeri Fokin. Une centaine de délégués venus des quatre coins du monde se sont donc retrouvés pour élire ou réélire l’équipe dirigeante de l’Association, chaque pays ayant droit à deux délégués en dehors des membres du Comité exécutif fort de dix personnalités. Ainsi la France a pu être représentée, en dehors de Jean-Pierre Han, membre du comité exécutif (vice-président et directeur des stages pour jeunes critiques), par Marie-José Sirach et Caroline Châtelet. Ce qui n’était pas de trop en un moment où la disparition de la langue française est une perpétuelle menace (alors que, rappelons-le à toutes fins utiles, l’AICT a été créée en France par des critiques français, le français demeurant officiellement l’une des deux langues officielles, avec l’anglais). Il a donc fallu batailler ferme pour que déclarations, discussions, communications du colloque consacré à la question de l’intolérance dans l’art théâtral, puissent être également traduits en français. Le bureau de l’Association a été réélu : Margareta Sörenson (Suède) est présidente, avec Michel Vaïs (Québec) et son adjoint Octavian Saiu (Roumanie) au secrétariat général, et Stéphane Gilbart à la trésorerie. Dix membres représentant dix pays différents ont été élus. Pour ce qui nous concerne nous avons été réélus, et je conserve le poste de vice-président et de directeur de stages pour jeunes critiques. L’avant-dernier stage pour jeunes critiques (avant celui de Stockholm) s’est tenu en juin dernier à Limoges lors du Festival International des écoles de théâtre organisé par le Théâtre de l’Union, CDN du Limousin dirigé par Jean Lambert-wild. Une stagiaire française, Camille Khoury, a participé à ce travail, aux côtés d’autres critiques venus de Thaïlande, d’Islande, de Serbie, de Slovaquie, de Turquie, de la République Tchèque… ; elle s’en fait l’écho dans l’article ci-après.

 

Jean-Pierre Han

 

Inscrits à notre Association, vous faites automatiquement partie de l’AICT. Une carte
professionnelle peut vous être délivrée : elle vous permet de faciliter vos contacts et l’entrée dans
des salles de spectacle si vous voyagez dans des pays af iliés à l’AICT.